Justice de proximité

Sénégal France aden

La Maison de Justice : Le bénéfice de la Prévention et de la régulation des conflits

Accueil / Actualités

La Maison de Justice, comme en dispose le décret n°2007-1253 modifiant le décret du 17 novembre 1999 relatif aux Maisons de Justice, à la Médiation et à la conciliation, « est le siège d’activités relatives au droit, à la régulation des conflits, à la prévention et au traitement de la délinquance, à l’information des justiciables et à l’aide aux victimes. »

Elle a, entre autres missions, « de constituer un lieu de rencontre, d’échange, d’élaboration de stratégies concertées et cohérentes de tous ceux qui, dans un même espace géographique, contribuent à la prévention de la délinquance, à la prise en charge des personnes en difficulté, à la régulation des conflits et au maintien de la paix sociale. »

La Maison de Justice, devant rapprocher la justice du justiciable, se propose de s’appesantir, à travers le programme état-civil & saccages de biens publics, sur l’aspect de la régulation des conflits et de maintien de la paix sociale.

Comme le dit l’adage, il n’y a jamais deux sans trois car, déjà en 2010, les jeunes avaient saccagé le stade communale de Tivaouane lors des compétitions populaires sportives dites « navétanes » et leurs auteurs ont été traduits en justice.

Pour apporter sa contribution à la prévention des troubles et au maintien de la paix sociale, le comité de coordination de la Maison de Justice de Tivaouane avait même planifié des activités de sensibilisation sur les violences, mais il s’était malheureusement confronté à la question cruciale de manque de moyens d’intervention de la Maison de Justice de Tivaouane.

Le comité de coordination, toujours prévenant, avait encore émis le souhait, lors de sa réunion tenue en janvier dernier, de sensibiliser les citoyens sur les infractions liées aux violences et troubles en périodes électorales, mais, hélas, les moyens avaient encore fait défaut …

C’est conscient de l’ampleur des dégâts et de l’énormité de la tâche, pousser par un élan d’alerte et de prévention envers les centres d’état-civil encore indemnes, posant les responsabilités de tout un chacun face à l’institution de l’état-civil que le comité de coordination de la Maison de Justice de Tivaouane s’est engagé à ne ménager aucun effort pour que le citoyen puisse rapidement accéder à ses droits sur l’état-civil, et que tous ensemble, nous œuvrions pour un état-civil fiable et sécurisé.

Cela ne saurait passer que par la sensibilisation massive sur l’importance de l’état-civil, les méfaits des saccages et la difficulté de la reconstruction mais aussi, par la conjugaison des efforts des différents acteurs.

Aussi, une large campagne d’information et de sensibilisation est - elle organisée en invitant d’autres acteurs à s’impliquer activement dans la réalisation du programme « Etat-civil et saccage de biens publics ».

Ce projet, qui a mobilisé la population de Tivaouane, pourrait être un « projet pilote » qui pouvant être repris au plan national ; ce qui suppose l’implication d’autres acteurs dans son exécution.
Il est ainsi projetée d’élargir le cadre "de rencontre, d’échange, d’élaboration de stratégies concertées et cohérentes..." en partant des entités de bases constituant le comité de coordination pour toucher le niveau national :

  • Du comité de coordination aux secteurs de la justice, de la décentralisation & des collectivités locales, de l’éducation nationale, de l’intérieur, de la femme, la jeunesse et sport, de la culture ;
  • De l’Oncav vers l’ODECAV
  • Du conseil communal de la jeunesse vers le conseil national de la jeunesse
  • Des artistes natifs de Tivaouane vers le théâtre national
  • Des radios communautaires pour toucher la presse nationale.
  • Pour conscientiser l’opinion publique sur l’utilité de l’état-civil, les méfaits des saccages et les difficultés de la reconstitution, il est prévu, en plus du caravane de sensibilisation du 06 juin 2012, des fora et séminaires sur l’état-civil, des émissions radio-télévisées, des spots publicitaires, des conférences sur les droits et devoirs de l’enfant et la responsabilité de la famille.
  • Pour prévenir le saccage de biens publics, est envisagée une vaste campagne médiatique avec sketch, tract, panneaux publicitaires, tee-shirts, pancartes, concerts...
  • Pour que l’état-civil soit outillé, il est prévu des séances de plaidoyer auprès des autorités administratives, religieuses, de la presse et des populations sont menées en vue d’aboutir à la mise en place rapide de la commission de reconstitution de l’état-civil. Un plaidoyer est aussi mené pour la dotation de carnet d’état-civil aux délégués de quartier et chef de village.
  • Pour amener les citoyens à prendre conscience de la répression des infractions, une action de solidarité avec les détenus par la distribution de moustiquaires imprégnées à la Maison d’Arrêt et de Correction. Une conférence sur les infractions contre les biens de l’Etat est aussi prévue.

Réaliser ce programme dans un très court délai échappe à l’utopie si toutefois le citoyen, quelque soit son rang social- désireux de contribuer au devenir de son peuple, s’allie avec le comité de coordination de la Maison de Justice de Tivaouane dans :

"Un état-civil dans le chaos peut mettre en K.O une Nation.

  • Mea Culpa, me sens coupable de n’avoir pas pu éviter l’irréparable, mais prends toutes mes responsabilité dans la reconstruction de l’état-civil, et compte œuvrer dans la sécurisation d’un état-civil fiable ".








Actualités

EN SAVOIR PLUS

© 2011 Réalisation AK-Project Se connecter