Justice de proximité

Sénégal France aden

Maison de Justice de Tivaouane : La question des fiancailles, du mariage et du divorce débattue au Centre d’Enseignement Technique Féminin

Accueil / Actualités

La Maison de Justice de Tivaouane a organisé, le 07 juin 2012 un débat sur les fiançailles, le mariage et le divorce avec les élèves du Centre d’Enseignement Féminin et son corps professoral. Cette activité a enregistré la participation active du Président du Tribunal Départemental de Tivaouane, M Serigne Assane Dramé qui a fait un exposé sur le mariage et le divorce après l’introduction portant sur les fiançailles présentée par Khadim Fall, Ami du droit, stagiaire à la maison de Justice. A côté de la coordinatrice de la Maison de Justice, Mme Gueye née Aminata Seck, figuraient le Président du conseil communal de la jeunesse, M Chérif Taïf Gueye, le commissaire Priseur, Me Sow.

Il est apparu au cours des débats que la jeune génération méconnaît quasiment la pratique des fiançailles qui d’antan précédait la célébration du mariage coutumier au Sénégal.

Il a été souligné que la répudiation est différente du divorce qui ne peut être prononcé que par le tribunal car la " coutume fait le mariage mais ne peut le défaire".

Dans le régime de séparation de biens, la femme répudiée en premier par son mari ne doit pas considérer que les biens acquis par l’époux lui reviennent de droit.

Il a été précisé ce n’est pas automatiquement celui qui a demandé le divorce en premier qui est condamné à tort.

De plus on ne peut pas obliger une personne à rester dans les liens du mariage car la demande de divorce aboutit à son prononcé après les échanges de conclusions entre les parties permettant au juge de situer les torts et attribuer des dommages-intérêts.




Actualités

EN SAVOIR PLUS

© 2011 Réalisation AK-Project Se connecter